Nouvelles

Des employeurs participants témoignent des retombées positives

Publié le 6 février 2014

DOSSIER (2e article)
Mission de recrutement en Europe du 28 mai au 4 juin

Des employeurs participants témoignent des retombées positives

Drummondville, le jeudi 6 février 2014 – En vue de la 7e mission de recrutement en Europe organisée par la Société de développement économique de Drummondville (SDED), du 28 mai au 4 juin, des employeurs s’étaient joints à la conférence de presse pour témoigner des retombées positives, en compagnie d’actuels candidats ayant été recrutés lors de ces missions.

Pourquoi y participer?
Le recrutement à l’étranger est une solution que les employeurs proactifs ajoutent à leur stratégie de gestion des ressources humaines. La nécessité de renouveler la main-d’œuvre touchant actuellement certains métiers et professions ne fera que s’accentuer au cours des prochaines années. En recrutant à l’international des candidats aux profils absents ou rares dans un bassin de main-d’œuvre québécois, les entreprises s’assurent de maintenir leur productivité et peuvent même envisager de l’augmenter en recrutant les meilleurs.

Selon Alex Bussière, commissaire à l’emploi et à l’immigration de la SDED : « Un récent rapport d’enquête publié par Emploi-Québec traitant des besoins de main-d’œuvre au Centre-du-Québec mentionne que près de 45 % des entreprises de Drummond anticipent des difficultés de recrutement et parmi celles-ci, 46 % envisagent d’embaucher des candidats moins qualifiés. À la lecture de ces statistiques, je constate que le potentiel qu’offre le recrutement à l’international est encore méconnu des employeurs, exprime M. Bussière. C’est pour ces raisons que la SDED offre un service clés en main pour aider les employeurs à recruter les meilleurs candidats, là où ils se trouvent. D’ailleurs, les gouvernements du Canada et du Québec ont ratifié une entente pour simplifier le traitement des demandes d’embauche dans 44 professions spécialisées pour lesquelles l’offre de main-d’œuvre ne répond pas à la demande à court terme. »

Alexandre Vincent, vice-président production chez Métalus tenait à témoigner de l’importance d’avoir un intermédiaire comme la SDED : « Nous avons eu recours au service de la SDED en recrutement à l’international et l’expérience fut couronnée de succès! Nous avons été tellement satisfaits des compétences et de l’attitude de Rachid Majani, le premier tôlier français recruté, que nous avons répété l’expérience en embauchant un second tôlier, encore une fois, par l’entremise de la SDED. Pour nous, c’est l’idéal, car tout est coordonné : la présélection, l’entrevue, les entrevues subséquentes en vidéoconférence, les tests, l’encadrement pour l’immigration et même l’accueil. Pour avoir fait une acquisition d’entreprise à l’extérieur de la MRC, nous sommes à même de témoigner que c’est un service professionnel et unique, car une offre de service aussi complète n’est pas offerte à l’extérieur de Drummond. »

Marylène Vézina, conseillère en ressources humaines chez Groupe Canimex avait pour sa part mandaté la SDED pour recruter en son nom lors de la mission de recrutement en automne dernier : « Avant le départ, nous avions établi une grille d’évaluation pour optimiser la présélection des candidats, en plus de remettre des photos montrant des équipements à la fine pointe de la technologie, pour ainsi tenter de séduire les meilleurs candidats, et surtout les passionnés. Le lendemain du retour de mission, nous étions déjà réunis pour évaluer les candidatures présentées par la SDED. Il faut être réactifs, car les Français sont convoités par la concurrence, c’est-à-dire les autres entreprises qui se sont déplacées en Europe. Nous avons donc enchaîné les entrevues et les tests supervisés en vidéoconférence pour finalement sélectionner un programmeur CNC en la personne de Richard Clio. »

Pour Diane LaBrecque Lampron, directrice générale chez Rose Drummond, l’expérience du recrutement à l’international aura été couronnée de succès avec l’accueil d’un fleuriste, il y a 3 ans. « Nous avons été agréablement surpris du professionnalisme et des compétences de ce candidat. Son arrivée a amené un nouveau souffle au département de la fleuristerie, avec un design d’avant-garde comme celui qu’on retrouve en Europe. »

Pourquoi les Français choisissent-ils Drummondville et le Québec?
Depuis 2010, après avoir rencontré des centaines de candidats en entretien, la SDED est en mesure d’identifier les principales motivations partagées par les candidats souhaitant immigrer au Québec. Certains choisissent de venir vivre au Québec, car nous offrons des conditions de vie favorables. D’abord, puisque la langue d’usage est le français et qu’il est plus facile de se trouver un emploi adéquat qu’en Europe. L’économie du Québec se porte mieux qu’ailleurs et la qualité de vie en général est enviable. Que ce soit l’accès à la propriété, les grands espaces ou les relations humaines, le Québec possède un pouvoir d’attraction naturel en Europe.

Ces raisons ont d’ailleurs mené Antoine Vesely, candidat français travaillant actuellement comme fleuriste chez Rose Drummond depuis 3 ans et demi, à immigrer au Québec avec sa famille : « L’accompagnement offert par la SDED a fait pencher la balance lorsque ma conjointe et moi avons décidé de choisir Drummondville. En acceptant l’offre d’emploi chez Rose Drummond, nous avons bénéficié d’un service d’accueil personnalisé, allant de l’accueil à l’aéroport, en passant par les formalités administratives telles l’obtention de mon numéro d’assurance sociale, jusqu’à l’aide dans la recherche d’un logement, explique Antoine Vesely. Ce service nous permet d’être rapidement en emploi, dans la même semaine de notre arrivée. En faisant les bonnes démarches, ça nous rassure et permet de se consacrer entièrement à l’intégration au travail. »

Pour la SDED, les délais d’immigration sont négligeables, car parmi les centaines de candidats présélectionnés pour participer aux missions, plusieurs candidats possèdent déjà la résidence permanente canadienne. Avec un emploi en main, les autres peuvent obtenir un permis de travail temporaire dans un délai raisonnable, permettant ainsi d’intégrer ces travailleurs aux équipes dans les semaines suivant la mission de recrutement.

La SDED réitère qu’elle connaît les rouages du recrutement à l’international et les étapes d’immigration lui permettant d’accompagner professionnellement les employeurs souhaitant participer à la prochaine mission de recrutement en Europe, du 28 mai au 4 juin prochains. La période d’inscription étant officiellement entamée, les employeurs intéressés ont jusqu’à la mi-mars pour s’inscrire en composant le 819 477-5511 ou par courriel à info@sded-drummond.qc.ca.

— 30 —

Source :
Francis Jutras
Responsable des communications
Société de développement économique de Drummondville (SDED)
f.jutras@sded-drummond.qc.ca
819 477-5511, 212

Retour

Autres nouvelles

nouvelle Weber America

4 février 2008

nouvelle Mission en Alberta

22 janvier 2008

MENU